Société des ocres de France : au pays de la couleur !

PortraitsLe 08/11/2017
Labellisée "Entreprise du patrimoine vivant"

TPBM en partenariat avec la CMAR PACALa Société des ocres de France est née en 1901. A l'époque, elle produisait 40 000 tonnes d'ocre par an. Depuis, l'arrivée des colorants synthétiques a failli faire disparaître l'entreprise ocrière. Mais en 1974, Gilbert Guigou, le grand-père de Stéphanie Anglès, la rachète en espérant transformer l'argile en poudre d'or. Reportage.

Pigments, badigeons de chaux, enduits de chaux, plâtres colorés… tous ces produits peuvent contenir de l’ocre. La Société des ocres de France, basée à Apt, est la dernière d’Europe à extraire et à fabriquer de l’ocre. Elle produit 800 tonnes d’ocre chaque année à destination du bâtiment et des arts décoratifs. La mère s’occupe de la facturation, le cousin du conditionnement, le frère de la production et de la mise en conformité, le père et l’oncle sont en train de passer la main, mais sont toujours prompts à donner un coup de main, et Stéphanie est en charge de la gérance : chaque membre de la famille a sa place dans l’entreprise familiale. C’est la troisième génération à piloter l’aventure de la Société des ocres de France depuis que le grand-père a racheté l’entreprise en 1974. Quelques dates ont fait le succès de cette dernière : en 1996 est signé un partenariat avec Strasservil, en 1998 le Disney’s Hotel Santa Fe (Paris) se pare d’ocre, en 2002 un partenariat est conclu avec L’Occitane, en 2006 est lancée la propre gamme de badigeons et d’enduits d’Ocres de France, en 2008 est signé un partenariat avec Lafarge Plâtre. En 2015, le site historique s’agrandit et regroupe désormais l’ensemble des services. En 2016, la deuxième génération laisse la place à la troisième pour reprendre l’entreprise. En 2016, elle obtient également le label « Entreprise du patrimoine vivant ».

Des perspectives de développement

Aujourd’hui, la Société des ocres de France compte huit salariés et dégage un chiffre d’affaires d’un million d’euros dont 60 % à l’export vers l’Europe, les USA, l’Australie, l’Afrique et la Russie. Ses clients sont des industriels, des artisans, des revendeurs et le grand public. « Dans les chantiers à venir nous devons très rapidement renouveler la gamme de couleurs des badigeons et des enduits », révèle Stéphanie Anglès, la gérante. Et d’ajouter : « Nous aimerions également trouver un partenaire qui fait des peintures bio et lancer une gamme de peintures qui est plus à la mode que les badigeons ». Dans ses projets, l’entreprise souhaiterait lancer une gamme de beaux-arts ou encore s’orienter vers l’écoconstruction. 

www.ocres-de-france.com

Alain Ricci 

logo tpbm